maison internationale
des écritures contemporaines

maison internationale des écritures contemporaines

Jonas

Lüscher

Jonas Lüscher est né en Suisse en 1976. Après une formation d’enseignant en école primaire, il travaille à Berne, puis quelques années à Munich dans la production cinématographique en tant que dramaturge et scénariste. Après des études à l’École supérieure de philosophie de Munich, il travaille comme collaborateur scientifique à l’Institut TTN (Technique-Théologie-Sciences naturelles) de l’Université Ludwig-Maximilian. Ayant travaillé en tant que doctorant à la Chaire de philosophie de l’ETH (École polytechnique fédérale) de Zurich à partir de 2011, il quitte l’université en 2014 sans avoir terminé sa thèse. En 2013, il publie la nouvelle Frühling der Barbaren (C.H. Beck). Distinguée à la fois par le Prix Hessel et le Prix Hans Fallada, elle a été traduite en française par Tatjana Marwinski et a été publiée sous le titre Le printemps des barbares (J’ai lu, 2016). En 2015 paraît la nouvelle An der Quelle, suivie par le roman Kraft (C.H. Beck, 2017) qui lui a valu le prix du livre suisse et qui existe également en version française (Monsieur Kraft ou la théorie du pire, trad. Par Tatjana Marwinski, 2017, Autrement). Avec Michael Ziny, il publie l’ouvrage collectif Der populistische Planet. Berichte aus einer Welt in Aufruhr en 2021 (C.H. Beck).

Thématiques abordées par l'auteur : catastrophe, économie, Prix Hessel, capitalisme
25 Mai 2018, 21h00
  • Rencontre

La comédie : une légèreté teintée de satire

Avec Jonathan Coe, Jonas Lüscher et Julie Wolkenstein

Jonas

Lüscher

Jonas Lüscher est né en Suisse en 1976. Après une formation d’enseignant en école primaire, il travaille à Berne, puis quelques années à Munich dans la production cinématographique en tant que dramaturge et scénariste. Après des études à l’École supérieure de philosophie de Munich, il travaille comme collaborateur scientifique à l’Institut TTN (Technique-Théologie-Sciences naturelles) de l’Université Ludwig-Maximilian. Ayant travaillé en tant que doctorant à la Chaire de philosophie de l’ETH (École polytechnique fédérale) de Zurich à partir de 2011, il quitte l’université en 2014 sans avoir terminé sa thèse. En 2013, il publie la nouvelle Frühling der Barbaren (C.H. Beck). Distinguée à la fois par le Prix Hessel et le Prix Hans Fallada, elle a été traduite en française par Tatjana Marwinski et a été publiée sous le titre Le printemps des barbares (J’ai lu, 2016). En 2015 paraît la nouvelle An der Quelle, suivie par le roman Kraft (C.H. Beck, 2017) qui lui a valu le prix du livre suisse et qui existe également en version française (Monsieur Kraft ou la théorie du pire, trad. Par Tatjana Marwinski, 2017, Autrement). Avec Michael Ziny, il publie l’ouvrage collectif Der populistische Planet. Berichte aus einer Welt in Aufruhr en 2021 (C.H. Beck).

25 Mai 2018, 21h00
  • Rencontre

La comédie : une légèreté teintée de satire

Avec Jonathan Coe, Jonas Lüscher et Julie Wolkenstein
  • Prix Franz Hessel
  • Saison 2013/2014

Villa numérique

Recherche

Try these:

Auteurs
Saisons de la villa
Pays

Try these:

Editeur
Pays
Saison de la Villa Gillet

Try these:

Auteurs
Pays
Saison de la Villa Gillet
Temps fort