À venir
En avant
Passé

La fin de vie, et si on en parlait ?

Évènement terminé
mardi 11 décembre

Conçu et organisé par le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.

Acharnement thérapeutique ou obstination déraisonnable ? Pourquoi donc le législateur a-t-il récemment remplacé le premier terme par le second ? Les deux termes sont-ils vraiment équivalents ? Nombreux sont ceux qui, sur le terrain, se posent la question.
Par ailleurs, plusieurs histoires ont défrayé récemment la chronique : certaines familles refusent le diagnostic d’obstination déraisonnable posé par les équipes soignantes et s’opposent de ce fait à l’arrêt des traitements envisagé pour leur proche : enfant, conjoint ou parent. A l’inverse, des patients (ou leurs proches) demandent parfois que des traitements soient arrêtés et veulent être accompagnés à mourir alors que les équipes soignantes pensent qu’il est trop tôt pour renoncer. A qui appartient in fine la décision dans ces situations : au patient ? À ses proches ? Aux professionnels de santé ? Ou encore au juge ? Que dit la loi à cet égard et que nous enseigne l’évolution récente de la jurisprudence ?

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Conçu et organisé par le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.

Acharnement thérapeutique ou obstination déraisonnable ? Pourquoi donc le législateur a-t-il récemment remplacé le premier terme par le second ? Les deux termes sont-ils vraiment équivalents ? Nombreux sont ceux qui, sur le terrain, se posent la question.
Par ailleurs, plusieurs histoires ont défrayé récemment la chronique : certaines familles refusent le diagnostic d’obstination déraisonnable posé par les équipes soignantes et s’opposent de ce fait à l’arrêt des traitements envisagé pour leur proche : enfant, conjoint ou parent. A l’inverse, des patients (ou leurs proches) demandent parfois que des traitements soient arrêtés et veulent être accompagnés à mourir alors que les équipes soignantes pensent qu’il est trop tôt pour renoncer. A qui appartient in fine la décision dans ces situations : au patient ? À ses proches ? Aux professionnels de santé ? Ou encore au juge ? Que dit la loi à cet égard et que nous enseigne l’évolution récente de la jurisprudence ?

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.