Maurizio Ferraris

Maurizio Ferraris enseigne la philosophie à l’Université de Turin où il dirige le Centre interuniversitaire d'ontologie théorique et appliquée (CTAO). Il dirige la revue d'esthétique italienne Rivista di estetica et collabore avec les quotidiens Il Sole 24 Ore3 et La Repubblica.
Au début des années 1980, il commence à travailler avec Jacques Derrida, ce qui influence profondément le développement de sa pensée.
Il a développé une théorie de la “documentalité”, qu'il définit comme une tentative d'établir la “grammatologie en tant que science positive”. En relation avec ce projet, il a publié un manifeste pour un réalisme positif. Ses écrits se caractérisent par un style alerte et volontiers provocateur, qui en font un penseur du monde contemporain d’une rare perspicacité. Il explore à travers ses nombreux ouvrages des questions d'ontologie, d'esthétique et d'herméneutique et leurs applications aux technologies numériques.