Marie Darrieussecq

Marie Darrieussecq côtoie la littérature depuis son adolescence : après avoir passé un baccalauréat littéraire, elle poursuit ses études en khâgne et hypokhâgne, puis en Lettres à la Sorbonne. Son premier roman Truismes (P.O.L, 1996) est un succès littéraire écoulé à plus d'un million d'exemplaires en france et à l'étranger ; et traduit en une quarantaine de langues. Depuis, l'auteure a publié une vingtaine d'ouvrages : romans, essais, biographie et théâtre confondus. Il faut beaucoup aimer les hommes (P.O.L, 2013) remporte le Prix Médicis en 2013. Les oeuvres de Marie Darrieussecq ont pour principaux thèmes le corps, l'identité, l'appartenance, le voyage, l'écologie et les femmes. L'écrivaine est aussi connue pour un style minimaliste et sa volonté de ne pas sacraliser la langue française en s'en servant comme un matériau artistique maléable. À la sortie de Tom est mort en 2007, Marie Darrieussecq est accusée de plagiat par Camille Laurens, également publiée chez P.O.L. Marie Darrieussecq publie quelques années plus tard Rapport de police (P.O.L, 2010), essai proposant une réflexion sur le plagiat et apparaissant comme une réponse à Camille Laurens ainsi qu'à l'affaire médiatique ayant suivi les accusations. En 2017, Marie Darrieussecq publie Notre vie dans les forêts, (P.O.L), dystopie dans laquelle l'auteure s'interroge et interroge le lecteur sur les questions écologiques et climatiques de notre temps. Pas dormir (P.O.L, 20121) est la dernière parution, aux échos autobiographiques, de Marie Darrieussecq dans laquelle l'auteure se confie sur ses insomnies...