Leila Guerriero

Les chroniques de l’argentine Leila Guerriero, journaliste depuis 1991, lui ont valu le prix Konex en 2014 (catégorie « Chroniques et témoignages ») ainsi que le Prix international Vazquez Montalban en 2019. Toujours soucieuses de défendre la démocratie, ses enquêtes tendent aussi vers l’essai sociologique. Dans Les suicidés du bout du monde, (trad. Maïra Muchnik, Rivages, 2021), la journaliste interroge ainsi les liens sociaux et les limites de la solidarité dans une ville patagonne touchée par une vague de suicide. Elle explore aussi l’histoire politique de son pays comme dans sa chronique « El rastro en los huesos » (Gatopardo, 2010. Prix Gabo), qui retrace le travail des légistes pour identifier les restes des victimes de la dictature militaire argentine. À sa passion pour l’histoire s’ajoute son engagement dans l’actualité quotidienne avec sa colonne dans le journal espagnol El Pais ou en tant que rédactrice de la revue mexicaine Gatopardo.