Éric Chevillard

Ancien élève de l'École Supérieure de Journalisme de Lille, Éric Chevillard fut tout d'abord remarqué pour son appartenance à un groupe d'écrivains publiés par les Éditions de Minuit à partir des années 1980, comprenant Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint ou François Bon, qui sont, en fait, plus remarquables par leurs différences que par leurs (rares) points communs. D'un ton souvent incongru, faussement désinvolte, le style de Chevillard se plaît à détourner les conventions linguistiques et à faire jaillir, de situations apparemment anecdotiques, les événements les plus absurdes, afin de mettre en question les fausses évidences sur lesquelles repose notre rapport au monde et aux choses. Depuis 1987, il a publié une quinzaine de romans aux Éditions de Minuit, dont Un fantôme (1995), Les absences du capitaine Cook (2001), Oreille rouge (2005), Démolir Nisard (2006), Sans l'orang-outan (2007) et Choir (2010). Plusieurs de ses romans ont été récompensés : Prix Fénéon pour La Nébuleuse du crabe, Prix Wepler pour Le Vaillant Petit Tailleur etc. Il a reçu en 2014 le Prix Alexandre-Vialatte pour l’ensemble de son œuvre. De 2011 à 2017, il relève, dans les pages du Monde des livres, la tradition du « feuilleton » tombée en désuétude.