La villa toute l'année

Créée en 1987, la Villa Gillet s'intéresse à toutes les formes de culture : littérature, sciences humaines, politiques et sociales, philosophie, histoire, ...

Elle propose une approche culturelle des savoirs à travers les rencontres publiques qu'elle organise toute l'année (sur son site du parc de la Cerisaie, à l’institution des Chartreux au Théâtre de la Croix-Rousse, ou à l'Opéra de Lyon), mais aussi à travers les festivals qu'elle programme tous les ans : les Assises Internationales du Roman (co-organisée avec Le Monde depuis leur création en 2007), le festival Walls and Bridges (à New-York depuis 2011) et Mode d'emploi : un festival des idées, initié en novembre 2012.

Victor Hugo et la Justice

23/01/2013 >  18:00 - 20:00
Opéra de Lyon
Place de la Comédie
Lyon 1er

Rencontre organisée avec le Théâtre de la Croix-Rousse et l'Opéra de Lyon dans le cadre du cycle "Les causes communes. Justice/Injustice"

 

Robert Badinter, militant acharné contre la barbarie et l'injustice, a adapté Claude Gueux, bref roman de Victor Hugo, pour en faire un livret d'opéra, Claude. À l'occasion de la création de cet opéra, Robert Badinter donnera une conférence à l'Opéra de Lyon.

Réservation auprès de l'Opéra uniquement par téléphone :  0826 305 325 (0,15€/mn)

 

A l’issue de la rencontre :

Remise du Prix des Droits de l’homme et du Prix Abd El Kader par Robert Badinter. En collaboration avec la Chaire lyonnaise des droits de l’Homme et l’association l’Hospitalité d’Abraham

En savoir plus sur "Justice/ Injustice"

En dix éditions, le festival est devenu un événement incontournable dans la saison de l’Opéra de Lyon. Du 27 mars au 15 avril 2013, il est dédié à un thème qui anime depuis toujours la condition humaine : la justice et l’injustice, autour de trois soirées d’opéra.
La première soirée sera la création de Claude, un nouvel opéra de Thierry Escaich, dirigé par Jérémie Rhorer ; Olivier Py signe la mise en scène. Le livret est écrit par Robert Badinter, d’après Claude Gueux, bref roman de Victor Hugo et vibrant plaidoyer contre la peine de mort.
Pour la deuxième soirée du festival, Kazushi Ono, chef permanent de l’Opéra de Lyon, dirige Fidelio de Beethoven, que le plasticien et vidéaste Gary Hill met en scène et en images. Plus qu’un opéra, Fidelio est une magnifique démonstration du pouvoir de l’amour contre l’arbitraire.
La troisième soirée du festival réunit Le Prisonnier de Dallapiccola et Erwartung de Schoenberg. Deux opéras courts sur l’attente et l’errance, tous deux dirigés par Kazushi Ono et mis en scène par les magiciens de l’inconscient que sont Alex Ollé et La Fura dels Baus.

 

Entrée gratuite sur réservation

Robert  Badinter